Taille de la vigne

La taille de la vigne 1/3

Pourquoi tailler la vigne ?

La vigne est une liane; alors si on ne la palisse pas et si on ne la taille pas, elle sera rampante et poussera comme telle; elle produira beaucoup de bois mais peu de fruits. La vigne est également un fruitier et comme tous les fruitiers, il faut donc la contenir mais pas trop ! Pour quelles raisons ? Et bien vous allez voir…

La taille consiste à supprimer du bois, les sarments, afin de produire du fruit, les raisins, et de surcroît de bonne qualité… cette même qualité est dépendante de la quantité.

Il existe 2 objectifs principaux à la taille de la vigne.

Le 1er étant la maîtrise de la production de raisin.

Pour réduire le nombre de grappes, il faut indubitablement et tout naturellement laisser peu de bourgeons (que l’on nomme les yeux) sur la souche. C’est ce nombre de bourgeons que l’on va nommer la charge. Tout est une question d’équilibre, si la charge est trop faible, la vigueur, c’est à dire le développement de la végétation, se fera au profit de la récolte. Alors qu’une charge trop importante entraînera une récolte excessive qui sera alors suivie d’un épuisement de la souche et donc un manque de vigueur. En dehors des cahiers des charges des nombreuses appellations AOC qui dictent de manière précise notamment la charge, c’est à dire le nombre de bourgeons à laisser, en pratique on laisse autant d’yeux qu’il a poussé de rameaux pendant l’année. En effet les décrets AOC imposent une charge maximale à l’hectare et donc un nombre maximum (voire minimum) d’yeux par cep.

Tout est une question d’équilibre

Le 2e objectif de la taille est de limiter l’allongement de la souche; notamment pour faciliter le passage des matériels et le travail des hommes et des femmes. La réduction de l’allongement de la souche est accompagnée d’une logique d’aération de la végétation, les feuilles, car entassement du feuillage et humidité entraînent le développement de maladies fongiques dévastatrices pour la vigne. Mais il faut aussi que la surface foliaire, caractérisé tout simplement par le nombre de feuille, soit suffisante pour assurer une production convenable et riche en sucre. On en revient alors à cette histoire d’équilibre : plus vous avez de raisins sur un cep et plus votre jus sera dilué entraînant une teneur en sucre limitée et donc un degré d’alcool potentiel ne vous permettant pas d’avoir un vin structuré et riche allant jusqu’au risque de ne pas respecter le cahier des charges de l’appellation.

La taille de la vigne pour produire du raisin de cuve doit alors prendre en compte un grand nombre de critères afin de trouver ce fameux équilibre entre quantité et qualité.

 

Lorin Mariele