Articles

La taille de la vigne

La taille de la vigne 2/3

Une taille raisonnée pour la pérennité de la vigne !

Nous continuons notre série d’articles sur le thème de la taille de la vigne et nous abordons pour ce 2e chapitre les principes fondamentaux d’une taille « raisonnée » au sens où nous prendrons en compte et appliquerons l’ensemble des critères qui vont permettre d’accéder de nouveau à cette notion d’équilibre que nous avons abordée dans le 1er article.

Ce 2e article nous emmène dans des explications un peu plus techniques et pour cette raison, il est indispensable de définir le vocabulaire utilisé et de s’en imprégner dans un but de bonne compréhension e de clarté.

Rameaux : bois de l’année; qui sont donc verts et qui ne sont pas encore « aoûtés ».

Aoûtement : rameau qui se lignifie et qui devient bois

Sarment : rameau qui s’est lignifié

Baguette : sarment qui est taillé « long » c’est à dire à plusieurs yeux (synonymes : aste, latte, long bois)

Yeux : bourgeon

Courson : bois de l’année taillé à 2 yeux (synonymes : crochet, cot, tiret, coup, corne)

Bois fructifère : bois qui va donner le plus de fruits;

Bois de l’année : bois qui a poussé pendant l’année (et qui devient donc tout d’abord rameau)

Bois de 2 ans : bois de l’année précédente sur lequel va pousser le bois de l’année

Courson de rappel : bois court taillé à un seul œil

Gourmand : rameau qui pousse sur le vieux bois

Débourrement : stade où les inflorescences sortent des bourgeons

Défeuillaison : chute des feuilles

Conduite : répartition du feuillage qui va influencer la photosynthèse de la plante


La période de taille

La période de taille commence à la défeuillaison et qui démarre à la fin de l’aoûtement (fin octobre – début novembre). Il est conseillé, dans la mesure du possible, de tailler la vigne le plus tard possible car une taille trop précoce peut entraîner un débourrement prématuré laissant les premières feuilles sorties trop tôt à la merci des gelées de printemps qui sont dévastatrices pour la vigne et redoutées comme la peste par les viticulteurs et les viticultrices. Il n’est pas toujours facile voire impossible de retarder la taille en raison d’une surface à tailler trop importante (il faut compter en général 1 ha par mois et par personne).

Le choix des bois pour l’année suivante : que faut-il garder?

Le choix des bois est également d’une importance capitale; outre le fait et l’obligation de garder une baguette fructifère, en raison tout simplement d’assurer la récolte en terme de volume, il faut porter une attention toute particulière à choisir des bois qui soient sains, bien aoûtés et indemnes de maladies et d’altérations comme le gel et la grêle. La futur santé du cep dépendra forcément de ces choix. Les bois les plus fructifères se trouvent en général au milieu la baguette du bois de 2 ans.

L’équilibre du pied

Comme nous l’avons vu dans notre 1er article, le palissage de la vigne sert à sa conduite, mais il va falloir également adapter la taille à cette même conduite; conduite qui est souvent réglementée par un cahier des charges de l’appellation. Pour cela, le choix et l’emplacement des différents bois devra se faire avec plusieurs objectifs :

  • pas de croisement des bois qui apporterait de l’entassement de végétation et donc un critère favorable aux maladies fongiques.
  • Choisir des bois qui, dans leur développement, ne vont pas sortir du rang de vigne (la treille) et gêner le passage des matériels et des Hommes.

On fera aussi attention à ce que les crochets soient toujours placés en-dessous des baguettes afin de ne pas favoriser un développement en hauteur du cep.

Prendre soin du cep et donc de sa pérennité

C’est la circulation de la sève qui assure la pérennité du pied de vigne; lorsque l’on coupe un bois, on fait ce que l’on nomme une plaie de taille; ces plaies de tailles vont, pour de multiples raisons, perturber la circulation de la sève et peuvent aussi créer les bonnes conditions au développement des maladies du bois comme l’esca par exemple. Une plaie de taille peut par exemple entraîner ce que l’on nomme un cône de dessèchement dans lequel la sève ne pourra bien sûr plus circuler. La bonne santé du pied de vigne passera par la limitation de ces plaies de taille.

 

Vous l’aurez compris le nombre de critères à prendre en compte, encore une fois, pour assurer l’équilibre du pied de vigne est très important sachant que ces nombreux choix seront également réduit par ce que nous impose quelque chose qui est incontrôlable et incontestable… la nature.

Nous aborderons dans notre 3e et dernier article sur la taille les différents systèmes de taille.

 

Lorin Mariele


 

Les vignobles français

La superficie des vignobles français

La question nous est souvent posée lors des escapades viticoles que nous organisons à savoir la superficie totale de l’ensemble des vignobles français et plus précisément de chaque région. Il nous semblait intéressant de lister de manière exhaustive les régions, leur superficie ainsi que leur production.

Le climat français est très diversifié et les terroirs tout autant. Les vignobles français produisent 3240 vins différents sur 80 départements. La superficie totale des régions viticoles françaises est de 835 805 hectares.

Les vins français possèdent différents classements répondant aux cahier des charges des différentes appellations des régions viticoles. Ces vins peuvent être classés en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), AOP (Appellation d’Origine Protégée), IGP (Indication Géographique Protégée); les vins qui ne rentrent pas dans ces classements sont alors indiqués Vin de table français. C’est l’INAO, l’Institut National des Appellations d’Origine qui gère plus globalement les signes d’identification de l’origine et de la qualité pour les produits fabriqués en France qui sont des signes officiels français.

Ci-dessous un tableau répertoriant les vignobles de France :

  • Région viticole
  • Alsace
  • Bordeaux
  • Beaujolais
  • Bourgogne
  • Champagne
  • Jura
  • Languedoc – Roussillon
  • Lorraine
  • Loire
  • Provence – Corse
  • Rhône
  • Savoie
  • Sud-Ouest
  • Superficie en ha*
  • 15 600
  • 117 500
  • 19 000
  • 29 500
  • 33 344
  • 1 814
  • 246 000
  • 180
  • 70 000
  • 34 180
  • 73 838
  • 2 330
  • 57 500
  • Production en hl*
  • 1 166 903
  • 5 983 000
  • 1 000 000
  • 1 448 309
  • 2 540 000
  • 78 000
  • 12 000 000
  • 13 885
  • 3 173 000
  • 1 098 000
  • 2 833 154
  • 166 000
  • 4 570 000

 

L’équipe Le Vin Tout Simplement


* 1 ha : 1 hectare = 10 000 m² / 1 hl : 1 hectolitre = 100 litres = 133 bouteilles de 0,75cl

Source : vin-vigne.com / Syndicat des vins de savoie / Wikipedia

Taille de la vigne

La taille de la vigne 1/3

Pourquoi tailler la vigne ?

La vigne est une liane; alors si on ne la palisse pas et si on ne la taille pas, elle sera rampante et poussera comme telle; elle produira beaucoup de bois mais peu de fruits. La vigne est également un fruitier et comme tous les fruitiers, il faut donc la contenir mais pas trop ! Pour quelles raisons ? Et bien vous allez voir…

La taille consiste à supprimer du bois, les sarments, afin de produire du fruit, les raisins, et de surcroît de bonne qualité… cette même qualité est dépendante de la quantité.

Il existe 2 objectifs principaux à la taille de la vigne.

Le 1er étant la maîtrise de la production de raisin.

Pour réduire le nombre de grappes, il faut indubitablement et tout naturellement laisser peu de bourgeons (que l’on nomme les yeux) sur la souche. C’est ce nombre de bourgeons que l’on va nommer la charge. Tout est une question d’équilibre, si la charge est trop faible, la vigueur, c’est à dire le développement de la végétation, se fera au profit de la récolte. Alors qu’une charge trop importante entraînera une récolte excessive qui sera alors suivie d’un épuisement de la souche et donc un manque de vigueur. En dehors des cahiers des charges des nombreuses appellations AOC qui dictent de manière précise notamment la charge, c’est à dire le nombre de bourgeons à laisser, en pratique on laisse autant d’yeux qu’il a poussé de rameaux pendant l’année. En effet les décrets AOC imposent une charge maximale à l’hectare et donc un nombre maximum (voire minimum) d’yeux par cep.

Tout est une question d’équilibre

Le 2e objectif de la taille est de limiter l’allongement de la souche; notamment pour faciliter le passage des matériels et le travail des hommes et des femmes. La réduction de l’allongement de la souche est accompagnée d’une logique d’aération de la végétation, les feuilles, car entassement du feuillage et humidité entraînent le développement de maladies fongiques dévastatrices pour la vigne. Mais il faut aussi que la surface foliaire, caractérisé tout simplement par le nombre de feuille, soit suffisante pour assurer une production convenable et riche en sucre. On en revient alors à cette histoire d’équilibre : plus vous avez de raisins sur un cep et plus votre jus sera dilué entraînant une teneur en sucre limitée et donc un degré d’alcool potentiel ne vous permettant pas d’avoir un vin structuré et riche allant jusqu’au risque de ne pas respecter le cahier des charges de l’appellation.

La taille de la vigne pour produire du raisin de cuve doit alors prendre en compte un grand nombre de critères afin de trouver ce fameux équilibre entre quantité et qualité.

 

Lorin Mariele