Articles

vinées tonnerroises

Les Vinées Tonnerroises : votre week end oenologique de Pâques !

Les 15 et 16 avril prochains aura lieu la 26e édition des Vinées Tonnerroises : le salon des vins des Hospices de Tonnerre. C’est le meilleur moyen de découvrir un vignoble confidentiel à 2h de Paris et de partir à la rencontre des femmes et des hommes qui travaillent au développement de ces appellations Bourguignonnes encore méconnues du grand public : Tonnerre et Epineuil

Tous les ans, pendant le week end de Pâques, 80 domaines viticoles investissent un des plus beaux bâtiment du patrimoine Bourguignon pour présenter leur production. En majorité des vins de l’Yonne mais pas seulement… il n’est pas certain qu’un autre salon des vins en Bourgogne et même en France se déroule dans un endroit aussi grandiose que l’Hôtel dieu Notre Dame des Fontenilles à Tonnerre.

Ce bâtiment a été construit en 1293, en deux années seulement, par Marguerite de Bourgogne, veuve du roi de Sicile Charles d’Anjou, et belle-soeur du roi Saint-Louis. Bâtie telle une église-halle, cette immense nef a une longueur de 90 mètres, une largeur de 18 mètres et une hauteur de 27 mètres. La toiture de 4500 m2 est recouverte de tuiles de Bourgogne ayant la particularité d’avoir une couleur rose-orangée. D’autres bâtiments complétaient l’enceinte. De cet ensemble, en partie détruit à la révolution et remanié au fil des siècles, subsiste cette immense chambre des malades, superbe nef terminée par une église à trois chapelles de style gothique. C’est un des plus anciens d’Europe et c’est également le plus long.

Les différentes appellations présentes tous les ans aux Vinées Tonnerroises

Bourgogne :

Grand Auxerrois

Bourgogne Tonnerre, Bourgogne Epineuil, Petit Chablis, Chablis, Chablis 1er Cru, Chablis Grand Cru, Bourgogne Côte d’Auxerre, Bourgogne Aligoté, Crémant de Bourgogne, Irancy, Coulanges la vineuse, Saint-Bris, Chitry, Vézelay.

Bourgogne Côte de nuits et Côte de Beaune

Ladoix, Corton Grand Cru, Savigny les beaune, Pommard, Hautes côtes de beaune, Beaune 1er Cru, Meursault, Saint-Romain, Auxey-Duresses, Givry, Givry 1e Cru.

En dehors de la Bourgogne :

Beaujolais, Fleurie, Vin et crémants d’Alsace, Bergerac, Montbazillac et Pecharmant, Champagnes.

Autres alcools

Ratafia, liqueurs, eaux de vie, whisky et vodka

Le vignoble

Le vignoble du tonnerrois est situé dans la vallée de l’Armançon. Il s’est développé à partir du IXème siècle, jusqu’à la crise du phylloxera entre 1870 et 1890, qui a affecté son évolution. C’est à partir de 1987, que les Hommes ont fait renaître ce vignoble, fort de plusieurs siècles d’existence.

Il a alors réinvesti les meilleurs coteaux de Tonnerre, d’Épineuil, de Molosmes, Junay et autres villages avec des cépages typiquement bourguignons, et soigneusement choisis.

Pour l’édition 2017, les Vinées Tonnerroises vont organiser de nouvelles animations; nous les détaillerons dans un prochain article. Ce sera aussi l’occasion de présenter les artisans qui seront présents pendant ce salon des vins.

 

L’équipe Le Vin Tout Simplement


Découvrez le site des Vinées Tonnerroises, le salon des vins des Hospices de Tonnerre en cliquant ici.

 

Vous êtes intéressés par la publication de nos futurs articles et nos produits, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter LVTS

cabanes de vignes

Les cabanes de vignes : de l’utile à l’agréable

Les cabanes de vignes accompagnent très souvent le paysage viticole français. Appréciées aujourd’hui pour leur aspect esthétique, elles avaient avant tout plusieurs fonctions très utiles pour les viticulteurs.

Les anciens étaient pragmatiques et il est certain qu’il n’allaient pas faire quelque chose d’inutile. Le souci esthétique n’avait pas lieu d’être et on ne construisait pas un abri pour sa beauté mais pour son utilité ; cela n’empêche pas ces différentes constructions d’avoir un style qui se rattache à la région où elles sont construites.

Par exemple les cabanes de vignes en pierre étaient construites car la pierre elle-même se trouvait sur place et bien souvent pour nettoyer les parcelles de vignes des cailloux qui rendaient difficiles et contraignants les travaux de la terre tel que le labour ; il était bien évidemment hors de question de transporter des pierres d’un endroit à un autre.

cabanes de vignes

Crédit Photos : Claude Blot (Photo Art Lab)

Un abri avant tout

De abris plus ou moins rudimentaires : quoi qu’il en soit, les abris trônant au milieu des vignes et de par leur critère unique qu’est la fonctionnalité, sont pour la plupart sommaire. Constitué souvent et simplement d’une seule pièce dans laquelle se trouve une cheminée et une petite réserve de bois. Cette pièce était souvent aménagée tout aussi sobrement d’une table, de quelques chaises et d’une paillasse pour certaines.

Des besoins fonctionnels

Quiconque a travaillé à la vigne comprend aisément le besoin de s’abriter… se protéger des contraintes météorologiques comme le vent, la pluie et aussi les fortes chaleurs pendant les longues journées de travail étaient vitales. Tous les abris que nous trouvons dans les différentes régions viticoles ont au moins en commun cette fonctionnalité : s’abriter.

Cet abri en pierre est très souvent sous l’ombrage d’un arbre, fruitier de surcroît afin de pouvoir se nourrir.

Un autre critère dont on n’a pas forcément conscience est celui du transport. Si aujourd’hui le vigneron peut aller sur son lieu de travail en quelques minutes par un moyen de transport motorisé ; celui de l’époque allait à la tâche pour la journée. Il partait tôt, pouvait faire un long trajet avant de pouvoir travailler ses vignes. L’abri viticole permet alors d’entreposer du matériel, des outils apportés une fois pour toute. L’aller-retour contraignant en raison d’une distance quotidienne trop longue pouvait même amener le travailleur à rester dormir sur place dans des conditions sommaires certes, mais une paillasse et un petit feu de cheminée suffisait à satisfaire ce dernier et afin qu’il recouvre ses forces pour la journée du lendemain.

cabanes de vignes

Crédit Photos : Claude Blot (Photo Art Lab)

Un abri pour chaque région

Chaque région viticole a son abri dont les diversités fonctionnelles lui sont propres en fonction de critères qui sont liés à l’histoire du vignoble, son mode de fonctionnement, le type de propriété foncière, les us et coutumes …

Si toutes ces cabanes de vignes ont en commun certaines fonctionnalités, elles ne partagent pas ce qui sert à les nommer. Les noms de ces cabanes pouvaient également illustrer la fonction de ces dernières.

 

La liste* ci-dessous est non-exhaustive.

Baraque Sancerrois / Cher, Villeveyrac (Hérault), Châtillonnais (Côte-d’Or)
Borie terme savant (deuxième moitié du xixe siècle) Provence
Buvette Loir-et-Cher
Cabane Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Sarthe, Champagne, Monts d’Or (Rhône (département))
Cabanon Provence
Cabgîte Indre-et-Loire
Cabiroche Indre-et-Loire
Caborde Franche-Comté
Caborne Monts d’Or (Rhône)
Cabote/cabotte/cabioute Côte de Beaune, Côte de Nuits (Côte-d’Or),Chablisien et Grand Auxerrois
Caburoche Vallée du Cher, Touraine
Cadole/cadolle/cadeule Beaujolais, Mâconnais, Chalonnais, Bar-sur-Seine (Aube)
Capitelle Languedoc, Aude
Caselle haut Quercy
Chibotte Velay (terme savant, première moitié du xxe siècle)
Choquette Indre-et-Loire, Ballan-Miré / Indre-et-Loire
Folie Vouvray / Indre-et-Loire
Gariote/gariotte (« guérite ») Périgord, Quercy
Grangeau Hérault
Grotte Crouzilles / Indre-et-Loire, Bourgueil / Indre-et-Loire
Loge Berry, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Forez, Barséquanais (Aube)
Loubite / Lubite Vallée du Cher, Touraine
Maison Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Sarthe
Maset / Mazet Gard, Hérault, Cévennes
Pavillon Mayenne
Tsabone Vals-près-le-Puy (Haute-Loire)
Vide-bouteille Loir-et-Cher

 

Lorin Mariele


*Sources : Wikipédia / Les cabanes de vignes en Europe (Claude Royer)

Crédit Photos : Claude Blot (Photo Art Lab)

Vous êtes intéressés par la publication de nos futurs articles et nos produits, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter LVTS

vin rosé

L’élaboration du vin rosé

« Le vin rosé est-il un mélange de vin rouge et de vin blanc »; il nous arrive souvent d’entendre cette question posée par des néophytes. On peut voir alors les cheveux se dresser sur la tête des spécialistes qui réfutent immédiatement cette question-affirmation mensongère et pouvant laisser transparaître un non-respect du cahier des charges de l’élaboration d’un vin… et pourtant ! Mais d’ailleurs comment est élaboré le vin dit « rosé »?

Et oui, le vin rosé peut s’obtenir exceptionnellement par un mélange de vin rouge et de vin blanc : interdit pour les vins tranquilles mais autorisé en assemblage pour l’élaboration des vins pétillants tels que crémants et champagnes rosés.

Le vin rosé est obtenu à partir de raisins rouges dont la pulpe est blanche ou très peu colorée. Mais alors si le jus de ces raisins est blanc, comment peut-il devenir rosé?

C’est la technique dite de macération pelliculaire qui est au cœur de l’élaboration des vins rosés ; ainsi la matière colorante qui se trouve dans les anthocyanes (pigments naturels des feuilles, des pétales et des fruits) va colorer le jus blanc pendant ce temps de macération. Vous l’aurez deviné, plus le temps de macération est long plus le jus sera coloré.

Il existe 2 types de vinification pour obtenir un vin rosé

  • le pressurage direct
  • la macération courte et suivie d’une saignée

Le rosé de pressurage direct

Il s’agit d’obtenir un jus coloré dès le pressurage. Si le cépage est peu coloré, on peut réaliser en amont un foulage des raisins qui va aider et accélérer le passage des matières colorantes. Il est tout a fait possible également de réaliser une macération pelliculaire plus ou moins longue directement dans le pressoir. Les techniques employées dans le cas des rosés de pressurages sont ensuite très proche de celles de l’élaboration des vins blancs : une sélection des jus selon les différentes presses et un débourbage soigné devront être effectués.

Le rosé de macération courte et de saignée

Il s’agit ici tout simplement d’extraire une partie du jus qui est destiné à l’élaboration du vin rouge. Ainsi et logiquement les techniques employées sont celles des vins rouges (récolte, éraflage, foulage, macération en cuve). La vendange est éraflée et foulée. On va ensuite procéder à une macération, qui comme nous l’avons vu va permettre l’extraction des matières colorantes de la pellicule vers le jus. De la durée de macération va dépendre l’intensité colorante du jus (de 12h à 24h en fonction de la vendange qui sera plus ou moins saine et le souhait d’élaborer un rosé plus ou moins coloré). Cette technique a pour but aussi de diminuer le rapport volume de moût et volume de marc du futur vin rouge et ainsi apporter plus de matière à ce dernier.

Les fermentations

Enfin pour que le vin rosé (qui n’est encore qu’un jus de raisin) se transforme en alcool il faudra, vous l’aurez deviné, procéder à la fermentation alcoolique; cette fermentation est sensiblement pareil à celle d’un vin blanc. Le viticulteur va porter une attention toute particulière à la température de cette fermentation (autour de 20° afin de ne pas dégrader les arômes et notamment de fraîcheur du vin rosé).

La fermentation malolactique des vins rosés n’est pas systématique; cela dépend beaucoup des régions et du style de vin recherché.

 

Lorin Mariele


Lexique :

Eraflage : séparer les baies de raisin de la rafle (ne garder que le fruit)

Foulage : éclatement de la peau des grains de raisin pour en extraire le jus

Débourbage : elimination des particules grossières en suspension dans le moût.

Fermentation alcoolique : transformation des sucres en alcool par les levures

Fermentation malolactique : désacidification du vin; les bactéries transforment l’acide malique en acide lactique (obligatoire sur les vins rouge en France)

Moût : le jus de raisin


Crédit Photo : Claude Blot (Photo Art Lab)

N’hésitez pas à aller visiter le site de l’Institut français de la vigne et du vin pour approfondir !

Vous êtes intéressés par la publication de nos futurs articles et nos produits, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter LVTS

Le cycle de la vigne

Le cycle de la vigne : 2 phases

Comme toute les plantes, le cycle de la vigne en terme de végétation comprend 2 phases distinctes et qui, comme toute les plantes dites « pérennes », s’accomplissent de manière simultanée : la phase végétative et la phase reproductive.

Le cycle de la vigne : il existe des études qui ont permis la classification des nombreux stades de ces 2 phases en les plaçant sur des échelles.

  • une échelle alphabétique établie par Baggiolini allant de A à O
  • une échelle numérique établie par Eichhorn et Lorenz (notée E et L un peu plus bas), beaucoup plus détaillé et comprenant 47 stades

L’échelle de Baggiolini est la plus utilisée pour des raisons de simplification du cycle de la vigne.

Le déroulement du cycle de la vigne va véritablement dirigé le travail du viticulteur.

Les différentes périodes peuvent varier en fonction du cépage planté mais aussi d’un critère que l’on ne contrôle pas : la nature.

Stade A (E et L : 1) : Bourgeon d’hiver

Période : Novembre à Février

2 écailles protectrices de couleur brune protègent l’oeil de l’année précédente pendant toute la période hivernale

Les Pleurs

Période : Février – Mars

Un liquide translucide et visqueux s’écoule par les plaies de taille; il annonce la reprise du système rainaire.

Stade B (E et L : 3) : Bourgeon dans le coton

Période : début avril

Les écailles protectrices sont écartées par le bourgeon qui gonfle, lui même poussé par la séve. On voit apparaître la pilosité des bourgeons que l’on nomme la bourre.

Stade C (E et L : 5) : Pointe verte

Le bourgeon continue de gonfler et l’extrémité verte des premières feuilles apparait également.

Stade D (E et L : 6) : Sortie des feuilles

Apparition des feuilles rudimentaires.

Stade E (E et L : 9) : 2 à 3 feuilles étalées

Les premières feuilles sont dégagées et le rameau est visible

Stade F (E et L : 12) : Grappes visibles

Période : début mai

Apparition des grappes avec inflorescences visibles

Stade G (E et L : 15) : Grappes séparées

Période :

Stade H (E et L : 17) : Boutons floraux séparés

Les boutons floraux sont isolés.

Stade I (E et L : 19 à 25) : Floraison (c’est l’épanouissement de la fleur)

Période : Juin

  • Pollinisation : Il s’agit du processus de transport d’un grain de pollen depuis les étamines (organe mâle) vers le pistil (organe femelle).
  • Fécondation : formation de l’oeuf qui va devenir le pépin de raisin

Stade J (E et L : 27 à 30) : Nouaison

Période : Juillet

C’est la transformation de la fleur en baie primordiale (seulement 1/3 des fleurs sont fécondées)

Stade K (E et L : 31) : Taille « petit pois »

Les baies sont à la moitié de leur taille finale à maturité.

Stade L (E et L : 33) : Fermeture de la grappe

Les baies grossissent et se touchent; la grappe se ferme.

Stade M (E et L : 33) : Véraison

Période : début Août

La grappe change de couleur : les baies s’éclaircissent pour le raisin blanc ou se colorent pour le raisin noir

Stade N (E et L : 33) : Maturation

Période : Août / mi-Septembre

Les baies s’enrichissent en sucre et l’acidité diminue.

Stade O (E et L : 33) : Défeuillaison

Période : Novembre

C’est la chute des feuilles.


Vous voulez être tenu au courant des articles de nos viti-blogueurs, inscrivez-vous :

Source : Institut français de La vigne et du vin

La taille de la vigne

La taille de la vigne 2/3

Une taille raisonnée pour la pérennité de la vigne !

Nous continuons notre série d’articles sur le thème de la taille de la vigne et nous abordons pour ce 2e chapitre les principes fondamentaux d’une taille « raisonnée » au sens où nous prendrons en compte et appliquerons l’ensemble des critères qui vont permettre d’accéder de nouveau à cette notion d’équilibre que nous avons abordée dans le 1er article.

Ce 2e article nous emmène dans des explications un peu plus techniques et pour cette raison, il est indispensable de définir le vocabulaire utilisé et de s’en imprégner dans un but de bonne compréhension e de clarté.

Rameaux : bois de l’année; qui sont donc verts et qui ne sont pas encore « aoûtés ».

Aoûtement : rameau qui se lignifie et qui devient bois

Sarment : rameau qui s’est lignifié

Baguette : sarment qui est taillé « long » c’est à dire à plusieurs yeux (synonymes : aste, latte, long bois)

Yeux : bourgeon

Courson : bois de l’année taillé à 2 yeux (synonymes : crochet, cot, tiret, coup, corne)

Bois fructifère : bois qui va donner le plus de fruits;

Bois de l’année : bois qui a poussé pendant l’année (et qui devient donc tout d’abord rameau)

Bois de 2 ans : bois de l’année précédente sur lequel va pousser le bois de l’année

Courson de rappel : bois court taillé à un seul œil

Gourmand : rameau qui pousse sur le vieux bois

Débourrement : stade où les inflorescences sortent des bourgeons

Défeuillaison : chute des feuilles

Conduite : répartition du feuillage qui va influencer la photosynthèse de la plante


La période de taille

La période de taille commence à la défeuillaison et qui démarre à la fin de l’aoûtement (fin octobre – début novembre). Il est conseillé, dans la mesure du possible, de tailler la vigne le plus tard possible car une taille trop précoce peut entraîner un débourrement prématuré laissant les premières feuilles sorties trop tôt à la merci des gelées de printemps qui sont dévastatrices pour la vigne et redoutées comme la peste par les viticulteurs et les viticultrices. Il n’est pas toujours facile voire impossible de retarder la taille en raison d’une surface à tailler trop importante (il faut compter en général 1 ha par mois et par personne).

Le choix des bois pour l’année suivante : que faut-il garder?

Le choix des bois est également d’une importance capitale; outre le fait et l’obligation de garder une baguette fructifère, en raison tout simplement d’assurer la récolte en terme de volume, il faut porter une attention toute particulière à choisir des bois qui soient sains, bien aoûtés et indemnes de maladies et d’altérations comme le gel et la grêle. La futur santé du cep dépendra forcément de ces choix. Les bois les plus fructifères se trouvent en général au milieu la baguette du bois de 2 ans.

L’équilibre du pied

Comme nous l’avons vu dans notre 1er article, le palissage de la vigne sert à sa conduite, mais il va falloir également adapter la taille à cette même conduite; conduite qui est souvent réglementée par un cahier des charges de l’appellation. Pour cela, le choix et l’emplacement des différents bois devra se faire avec plusieurs objectifs :

  • pas de croisement des bois qui apporterait de l’entassement de végétation et donc un critère favorable aux maladies fongiques.
  • Choisir des bois qui, dans leur développement, ne vont pas sortir du rang de vigne (la treille) et gêner le passage des matériels et des Hommes.

On fera aussi attention à ce que les crochets soient toujours placés en-dessous des baguettes afin de ne pas favoriser un développement en hauteur du cep.

Prendre soin du cep et donc de sa pérennité

C’est la circulation de la sève qui assure la pérennité du pied de vigne; lorsque l’on coupe un bois, on fait ce que l’on nomme une plaie de taille; ces plaies de tailles vont, pour de multiples raisons, perturber la circulation de la sève et peuvent aussi créer les bonnes conditions au développement des maladies du bois comme l’esca par exemple. Une plaie de taille peut par exemple entraîner ce que l’on nomme un cône de dessèchement dans lequel la sève ne pourra bien sûr plus circuler. La bonne santé du pied de vigne passera par la limitation de ces plaies de taille.

 

Vous l’aurez compris le nombre de critères à prendre en compte, encore une fois, pour assurer l’équilibre du pied de vigne est très important sachant que ces nombreux choix seront également réduit par ce que nous impose quelque chose qui est incontrôlable et incontestable… la nature.

Nous aborderons dans notre 3e et dernier article sur la taille les différents systèmes de taille.

 

Lorin Mariele


 

Les vignobles français

La superficie des vignobles français

La question nous est souvent posée lors des escapades viticoles que nous organisons à savoir la superficie totale de l’ensemble des vignobles français et plus précisément de chaque région. Il nous semblait intéressant de lister de manière exhaustive les régions, leur superficie ainsi que leur production.

Le climat français est très diversifié et les terroirs tout autant. Les vignobles français produisent 3240 vins différents sur 80 départements. La superficie totale des régions viticoles françaises est de 835 805 hectares.

Les vins français possèdent différents classements répondant aux cahier des charges des différentes appellations des régions viticoles. Ces vins peuvent être classés en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), AOP (Appellation d’Origine Protégée), IGP (Indication Géographique Protégée); les vins qui ne rentrent pas dans ces classements sont alors indiqués Vin de table français. C’est l’INAO, l’Institut National des Appellations d’Origine qui gère plus globalement les signes d’identification de l’origine et de la qualité pour les produits fabriqués en France qui sont des signes officiels français.

Ci-dessous un tableau répertoriant les vignobles de France :

  • Région viticole
  • Alsace
  • Bordeaux
  • Beaujolais
  • Bourgogne
  • Champagne
  • Jura
  • Languedoc – Roussillon
  • Lorraine
  • Loire
  • Provence – Corse
  • Rhône
  • Savoie
  • Sud-Ouest
  • Superficie en ha*
  • 15 600
  • 117 500
  • 19 000
  • 29 500
  • 33 344
  • 1 814
  • 246 000
  • 180
  • 70 000
  • 34 180
  • 73 838
  • 2 330
  • 57 500
  • Production en hl*
  • 1 166 903
  • 5 983 000
  • 1 000 000
  • 1 448 309
  • 2 540 000
  • 78 000
  • 12 000 000
  • 13 885
  • 3 173 000
  • 1 098 000
  • 2 833 154
  • 166 000
  • 4 570 000

 

L’équipe Le Vin Tout Simplement


* 1 ha : 1 hectare = 10 000 m² / 1 hl : 1 hectolitre = 100 litres = 133 bouteilles de 0,75cl

Source : vin-vigne.com / Syndicat des vins de savoie / Wikipedia

Taille de la vigne

La taille de la vigne 1/3

Pourquoi tailler la vigne ?

La vigne est une liane; alors si on ne la palisse pas et si on ne la taille pas, elle sera rampante et poussera comme telle; elle produira beaucoup de bois mais peu de fruits. La vigne est également un fruitier et comme tous les fruitiers, il faut donc la contenir mais pas trop ! Pour quelles raisons ? Et bien vous allez voir…

La taille consiste à supprimer du bois, les sarments, afin de produire du fruit, les raisins, et de surcroît de bonne qualité… cette même qualité est dépendante de la quantité.

Il existe 2 objectifs principaux à la taille de la vigne.

Le 1er étant la maîtrise de la production de raisin.

Pour réduire le nombre de grappes, il faut indubitablement et tout naturellement laisser peu de bourgeons (que l’on nomme les yeux) sur la souche. C’est ce nombre de bourgeons que l’on va nommer la charge. Tout est une question d’équilibre, si la charge est trop faible, la vigueur, c’est à dire le développement de la végétation, se fera au profit de la récolte. Alors qu’une charge trop importante entraînera une récolte excessive qui sera alors suivie d’un épuisement de la souche et donc un manque de vigueur. En dehors des cahiers des charges des nombreuses appellations AOC qui dictent de manière précise notamment la charge, c’est à dire le nombre de bourgeons à laisser, en pratique on laisse autant d’yeux qu’il a poussé de rameaux pendant l’année. En effet les décrets AOC imposent une charge maximale à l’hectare et donc un nombre maximum (voire minimum) d’yeux par cep.

Tout est une question d’équilibre

Le 2e objectif de la taille est de limiter l’allongement de la souche; notamment pour faciliter le passage des matériels et le travail des hommes et des femmes. La réduction de l’allongement de la souche est accompagnée d’une logique d’aération de la végétation, les feuilles, car entassement du feuillage et humidité entraînent le développement de maladies fongiques dévastatrices pour la vigne. Mais il faut aussi que la surface foliaire, caractérisé tout simplement par le nombre de feuille, soit suffisante pour assurer une production convenable et riche en sucre. On en revient alors à cette histoire d’équilibre : plus vous avez de raisins sur un cep et plus votre jus sera dilué entraînant une teneur en sucre limitée et donc un degré d’alcool potentiel ne vous permettant pas d’avoir un vin structuré et riche allant jusqu’au risque de ne pas respecter le cahier des charges de l’appellation.

La taille de la vigne pour produire du raisin de cuve doit alors prendre en compte un grand nombre de critères afin de trouver ce fameux équilibre entre quantité et qualité.

 

Lorin Mariele


 

Maurice

Séjour œnologique à Maurice : pas de vignes mais du bon vin !

Si vous êtes un amateur de bon vin, l’île Maurice et La Réunion sont des destinations privilégiées pour un séjour oenologique. Il n’y a pas que les plages de sable fin, les cocotiers et le soleil dans ces territoires. Bien que les plus grands producteurs de vin se trouvent ailleurs actuellement, ces îles de l’Océan Indien ont tant à offrir. Voici donc quelques adresses intéressantes pour votre plaisir lors d’un séjour à l’île Maurice et à La Réunion.

Séjour à Maurice à la découverte de la cave du Prince Maurice

Pour égayer votre voyage œnologique, il est vivement conseillé de faire un tour à l’hôtel de luxe Le Prince Maurice. Ce dernier est localisé sur le littoral nord-est de l’île à une quinzaine de kilomètres de Port-Louis. Sa cave est réellement le temple du vin. Vous y trouverez 800 références et plus de 20 000 bouteilles. Vous pourrez y procéder à la dégustation du meilleur vin avec les conseils d’un chef sommelier de renom. Vous y trouverez des vins européens comme La Grange des Pères, une gamme de vins du Jura comme celle du domaine André et Mireille Tissot, de vieux millésimes du château de Mont-Redon en Châteauneuf-du-Pape, François Cotat à Sancerre et de nombreux autres grands crus très connus. Il faut savoir que vous pourrez profiter de votre découverte œnologique à cette adresse pour déguster une bonne cuisine raffinée et exotique durant votre séjour à Maurice. Profitez de cette escapade dans le nord pour passer du temps dans la station balnéaire de la Grand Baie, le village des Pamplemousses et les plages de Trou aux Biches ou celles de Casita et de Bain Boeuf.

Visite de la Case Pitey à La Réunion

La Case Pitey est un magnifique restaurant localisé dans le sud de l’île de La Réunion près de la Rivière Saint-Louis. Il est situé dans une belle maison typiquement créole. À part les mets français raffinés proposés par un chef talentueux, le vin y sera également au rendez-vous pour un voyage gustatif hors du commun. Dans la cave de cette table gastronomique, 150 références y sont bien abritées avec plus de 2000 flacons provenant de cavistes et des revendeurs locaux. Vous aurez en effet l’occasion d’y trouver des bourgognes ou bordeaux provenant des crus des propriétés telles que le domaine Billard-Gonnet, le château La Nerthe et autres domaines. Associez votre découverte œnologique par découvrir la grande plaine côtière de Saint-Louis avec ses immenses cultures de cannes à sucre, Les Mi-pentes avec ses plantations d’arbres fruitiers et l’artisanat local ou encore l’observatoire astronomique des Makes. À travers de paysages verdoyants et aux reliefs divers, vous aurez réellement plein de souvenirs.

Un petit tour dans le Château Bel Ombre à l’île Maurice

Si vous voulez vous échapper dans le sud-est sauvage de l’île Maurice, ne manquez surtout pas le Château Bel Ombre, un restaurant raffiné se trouvant dans une maison coloniale du XIXe siècle. Il propose une cuisine locale issue des produits de la pêche comme la daurade ou la langouste. Avec une forêt de plus de 3000 hectares, ce domaine propose une activité de chasse où le cochon sauvage, le faisan ou le cerf seront préparés et agrémentés d’épices mauriciennes comme le curry, l’anis étoilé ou la vanille. De grands chefs de renom y démontrent leur savoir-faire culinaire. Les amateurs de vins y trouveront également leur compte puisqu’on y propose des vins exotiques comme les grands crus d’Afrique du Sud tels que Bellingham, Klein Constantia ou les chardonnays d’Hamilton Russel. De grands crus français comme Ducru-Beaucaillou ou encore Châteaux Angélus ne sont pas aussi en reste pour un merveilleux séjour à Maurice. Profitez de ce séjour pour visiter le village de pêcheurs de Mahébourg près de la baie de Grand Port, la Pointe Canon, la réserve naturelle de l’île aux Aigrettes ou encore la plage paradisiaque de Blue Bay.

L’équipe Le Vin Tout Simplement

 

Oenotourisme

Oenotourisme en Inde : À la découverte de Nasik et de son vin

Nasik ou Nashik est une ville localisée à plus de 200 kilomètres au nord-est de Mumbai. Bien qu’entre l’Inde et le vin, cette ville a su proposé aux amateurs ou non de vin un excellent produit qui mérite d’être expérimenté. En général, le climat et le savoir-faire ont occasionné la culture d’excellent raisin. Lors de votre séjour en Inde, tout en admirant la beauté du paysage et des lieux sacrés de la religion bouddhique, découvrez le monde de l’oenotourisme à Nasik. Voici donc un panorama de ce qui vous attend une fois sur place.

Oenotourisme en Inde : le vin et la ville de Nasik

Nasik est une destination à prévoir lors d’un séjour en Inde. Vous pourrez à ce moment visiter l’une des plus importantes entreprises viticoles de l’Inde. On distingue parmi elles la très conne Sula Vineyards. Cette entreprise dispose d’environ 120 hectares de surface cultivée. Elle propose de tout, des rosés, blancs, rouges et aussi des vins effervescents. On y exploite du Sauvignon, du Carbenet, du Chenin et aussi du Shiraz. Lors de cette escapade thématique, vous aurez donc l’opportunité de vous promener dans la propriété de l’entreprise pour visiter les vignes. La visite se poursuit souvent dans l’usine de fabrication qui dispose de nombreuses et énormes cuves et fûts. De coutume, après la visite d’une cave, une dégustation gratuite y est proposée. On a le choix entre de nombreux produits, plus précisément divers types de vins. Vous serez réellement impressionné par la qualité du vin, bien que l’entreprise soit encore plus jeune par rapport à celles qui sont reconnues dans le monde. Si vous souhaitez vivre un moment inoubliable, il serait encore mieux d’opter pour un séjour en Inde en circuit sur mesure sur inde.marcovasco.fr. Il n’y a rien de mieux que de vivre une aventure bien organisée dans un pays comme l’Inde.

Les richesses sacrées à découvrir à Nasik

À part la découverte de son vin, il est agréable de déambuler dans les rues de Nasik. Sachant qu’elle est une ville sainte, vous serez sûr de découvrir un grand nombre de monuments religieux. Le temps de votre séjour en Inde dans la ville de Nasik, l’endroit le plus animé à découvrir est le Ram Kund ou le bassin de Rama. Il se trouve au bord de la rivière Godavari. Vous pourrez y admirer une foule de pèlerins. Quand certains s’y baignent pour se purifier, les autres y lavent leur linge. Non loin, se trouve également une chute d’eau aménagée d’une hauteur de 3 mètres. Sur les rives, tout près de vous il y a le temple Kapaleshvar. D’autres lieux saints comme la grotte de Sita, le temple de Kalaram, le Ved Mandir ou encore le Mukti Dham, méritent également le détour. Aux environs de Nasik, l’ambiance est tout à fait différente. Partez par exemple pour les grottes de Pandulena. Elles sont situées dans une falaise basaltique. Elles abritaient autrefois des communautés monastiques bouddhiques. À une trentaine de kilomètres de route de la ville, vous arrivez dans l’un des plus importants lieux de culte hindou du pays. Il s’agit ici du très connu temple de Triambakeshvara. Ce temple est bâti en basalte sombre. L’animation y est au rendez-vous car des mantra y sont souvent chantés.

L’Inde est un pays fascinant, tout y est pour vous offrir un bon séjour. De plus, les habitants vous accueilleront chaleureusement. Tout en profitant de son bon vin et de ses sites religieux vous découvrirez quelques aspects les plus importants de l’Inde.

L’équipe Le Vin Tout Simplement

 

oenotourisme

l’oenotourisme en visite flash : Un jour, un domaine…

L’ oenotourisme en visite flash c’est l’occasion plonger lors d’une journée dans un univers de produits bourguignons locaux, profitez d’un atelier d’accords mets et vins avec notre cavistesommelier partenaire et finissez par la visite d’un domaine viticole avec dégustation commentée ! Après cette visite flash, l’oenotourisme ne sera plus un mot…

La matinée commence par la visite du marché de Tonnerre où vous partez à la rencontre de ses commerçants. Vous êtes accueillis par ces derniers et vous êtes invités à récupérer votre panier repas auprès des artisans.

Vous avez rendez-vous ensuite chez un caviste-sommelier qui vous fait découvrir à travers un atelier les accords mets et vins en fonction des produits locaux récupérés auparavant sur le marché. Vous dégustez et mangez sur place.

L’après-midi se poursuit par une visite chez un des vignerons les plus renommé de la région où vous découvrez les grands vins de Chablis et du Tonnerrois.

Vous serez invités à visiter la cave et à découvrir 6 à 8 vins lors de la dégustation

Vous êtes libre de terminer votre journée en visitant le reste de la ville de Tonnerre dont la très connue Fosse Dionne  ou bien le plus vaste Hôtel-Dieu d’Europe.

Avec la découverte du monde vitivinicole, LVTS vous emmène au pays du patrimoine, de la culture et du bien vivre

 

L’équipe Le Vin Tout Simplement


Les activités et leurs horaires sont susceptibles d’être adaptés selon les disponibilités des différents prestataires. Ils vous seront confirmés lors de votre demande de devis. Les prix des forfaits et des séjours sont des prix indicatifs et varient en fonction des dates souhaitées, de la disponibilité de nos partenaires, et du nombre de personnes. Le prix affiché est calculé sur la base de 2 personnes. Les photos ne sont pas contractuelles.

Vous êtes intéressés par un de nos séjours oenotourisme… n’hésitez pas à contacter un de nos conseillers via notre formulaire de contact sur www.levintoutsimplement.com ou par téléphone au 03 67 88 01 04.